mardi 8 décembre 2020

PHOTOGRAPHIE : le regard tendre de Marc Riboud

 

Affiche MNAAG - Marc Riboud Histoires possibles


La jeune fille à la fleur - Washington 1967 © Fonds Marc Riboud au MNAAG


Le peintre de la tour Eiffel - Paris 1953 © Fonds Marc Riboud au MNAAG

Marc Riboud, photographe français, fait l'objet d'une grande rétrospective au Musée Guimet, à l'occasion du legs de toute son œuvre au musée. L'exposition inédite est à découvrir jusqu’au au 1er mars 2021.

Et s’il n’était que deux de ses photos à retenir, ce serait sans nul doute

« Le peintre de la tour Eiffel - Paris 1953 » et « La jeune fille à la fleur - Washington 1967 »

Mais savez-vous ce qu’est une bonne photo ?

Une bonne photo, c’est une photo dont on se souvient ...

N’oubliez jamais !

Dès son adolescence, Marc Riboud, silencieux, regarde.

D’abord à Lyon, sa ville natale, puis en Europe, et bientôt vers l’Orient, l’homme aux semelles de vent traverse sans œillère et avec un profond intérêt pour l’Homme un siècle tourmenté.

Il rejoint la mythique agence Magnum.

Observateur infatigable, humaniste, Marc Riboud a posé un regard sans œillères mais toujours avec beaucoup d'amour pour ses semblables. Marc Riboud a traversé le XXème siècle, ses conflits et ses événements dramatiques l'appareil photo à la main. Il nous laisse avec des centaines de clichés magnifiques, forts, des témoignages des grands moments et des petits détails de l'histoire moderne.

L'artiste français est passé par l'agence Magnum et a beaucoup voyagé en Asie. Bien qu'il ait assisté à des événements graves et importants, il garde pour l'humain une grande tendresse. Cet espoir pour l'humanité se reflète dans son travail : Marc Riboud met bien souvent les personnes qu'il rencontre au cœur de ses clichés. 

Dans ses photographies, l'artiste joue avec les perspectives, cherche l'harmonie de la symétrie ou la force des compositions désordonnées. Toutes ces œuvres sont à découvrir pour dans une seule et grande exposition, rassemblée pour la première rétrospective consacrée à Marc Riboud ! 


MARC RIBOUD - HISTOIRES POSSIBLES

jusqu'au 1er MARS 2021

au Musée national des arts asiatiques – Guimet

6, place d’Iéna 75116 Paris

Métro : Iéna, Trocadéro, Boissière

Bus : n°30, 32, 63, 82

Stationnement : avenue Kléber, avenue George V (place de l'Alma)

Taxis : avenue d'Iéna devant le musée

www.guimet.fr



A l’aéroport de Kaboul - Afghanistan 1955 © Fonds Marc Riboud au MNAAG


Huang Shan - Chine 1985 © Fonds Marc Riboud au MNAAG


La ville de Hué détruite après l’offensive du Têt - Vietnam 1968 © Fonds Marc Riboud au MNAAG

Manifestation de soutien au Vietnam - Chine 1965 © Fonds Marc Riboud au MNAAG



Marc Riboud - Chine 1996 © Xiao Quan


Passe de Khyber - Afghanistan 1956 © Fonds Marc Riboud au MNAAG

Rue Liulichang - Chine 1965 © Fonds Marc Riboud au MNAAG



Vitrine d’un magasin d’antiquités - Pékin Chine 1957 © Fonds Marc Riboud au MNAAG

2 commentaires:

  1. Marc Riboud me fait penser à Henri Cartier-Bresson, avec peu de recherche du sensationnel, et beaucoup de douceur,chaque fois que c'est possible.

    RépondreSupprimer
  2. Vous avez raison ! Mais contrairement à Cartier-Bresson, Robert Doineau ou Willy Ronis, Marc Riboud a une formation d'ingénieur : ses compositions sont très graphiques . Mais comme les trois autres il appartient à l'école humaniste : « le regard du photographe qui aime l'être humain »

    RépondreSupprimer