samedi 26 septembre 2020

Jardins familiaux du Pont de Sèvres : à l’ombre des Citylights

 


A l’ombre des Citylights


un potager urbain

Face à la Seine Musicale

Avec leurs façades en verre et aluminium imaginées par l’architecte Dominique Perrault les tours Citylights du Pont-de-Sèvres à Boulogne-Billancourt se dressent fièrement au dessus du modeste espace des jardins familiaux.

Créée en 2001 par la ville de Boulogne-Billancourt, l'Association des Jardins familiaux du Pont de Sèvres met à disposition plus de 50 petites parcelles perchées de 10 à 20m2 sur le toit d'un parking de 1 1000 m2 face aux anciens terrains de la Régie Renault qui depuis ont laissé place au nouveau quartier du Trapèze.

Lieu de rencontre et d'échange, les jardiniers occasionnels s'y retrouvent et partagent leur passion ainsi que leurs savoirs-faire.

Les jardins familiaux, ou jardins ouvriers, apparus à la fin du XIXème  siècle, sont des parcelles de terrain mises à la disposition des habitants par les municipalités. Ces parcelles, affectées le plus souvent à la culture potagère, furent initialement destinées à améliorer les conditions de vie des ouvriers en leur procurant un équilibre social et une autosubsistance alimentaire.

En France, les jardins ouvriers prendront dans le langage officiel (pas dans le langage courant) l'appellation de jardins familiaux après la Seconde Guerre mondiale.

Aujourd'hui, ils bénéficient d'un regain d'intérêt en contribuant à créer à proximité des villes des « oasis de verdure » qui sont utiles face à la menace du réchauffement climatique.

Ils répondent aussi aux préoccupations actuelles de produire localement des légumes par des catégories de population à faibles revenus et participent à créer du « lien social » dans les zones urbanisées.

A l’origine il s’agit d’une initiative apparue dès le XIXème siècle en Angleterre puis en Allemagne, et qui s'est ensuite développée dans toute l'Europe...

Quant à la France c’est à la fin du XIXème siècle que l'abbé Lemire, homme politique influent et prêtre du diocèse de Cambrai (le diocèse de Lille n'existait pas à cette époque), député-maire chrétien de la ville d'Hazebrouck en Flandre française (Nord), crée les conditions de développement des jardins ouvriers, dans le but d'améliorer la situation des familles ouvrières.

Ces jardins ouvriers professaient une vocation sociale et défendaient un certain ordre moral :

« s'ils permettaient aux ouvriers d'échapper à leur taudis en profitant d'un air plus respirable, ils les éloignaient aussi des cabarets et encourageaient les activités familiales au sein de ces espaces verts. »


(Photos : Olivier THIBAUD / Smartphone HUAWEI P30 Pro)
























Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire