dimanche 5 avril 2020

PETROLE : TRAQUE AU LARGE DU BRESIL


Plate-forme offsshore du champ de Campos (DR)


Les champs de Santos, Campos, Espirito Santo et Tupi au large de l'Etat de Rio de Janeiro


Au large du Brésil



Traditionnellement importateur de pétrole le pays est en passe de devenir exportateur depuis la découverte de réservoirs (1) géants de pétrole en mer très profonde (« ultra deep offshore ») à partir de la fin des années 90.
Cette découverte est le fruit de campagnes d’exploration pétrolière conduites pour le compte de Petrobras (2) par des compagnies telles que CGG (3).
Ce pétrole est généralement piégé sous des dômes de sel :
c’est ce que l’on nomme pétrole antésalifère.
Il est généralement caractérisé par des réserves pétrolières situées à des profondeurs exceptionnelles sous d'épaisses couches de roches et de sel dont l'extraction requiert des investissements substantiels.
En 2005, Petrobras a foré des puits d'exploration près du champ de Tupi et a découvert des hydrocarbures sous la couche de sel.
En 2007, un consortium formé de Petrobras, BG Group et Petrogal a foré dans le champ de Tupi (Etat de Rio de Janeiro), découvrant des réserves estimées à 5 à 8 milliards de barils à 18 000 pieds (5 500 mètres) sous la surface de l'océan, sous une épaisse couche de sel.
Ensuite, plusieurs découvertes antésalifères furent annoncées dans les bassins de Santos, Campos et Espirito Santo.

La production

En 2018, le Brésil a produit 140,3 Mt (millions de tonnes) de pétrole, soit 2,68 Mbl/j (millions de barils par jour), en recul de 1,4 % en 2018 mais en progression de 42 % depuis 2008. Il se classe au 10e rang mondial avec 3,1 % de la production mondiale.

Selon l'ANP, la production 2016 a été de 918,7 Mbl (millions de barils), en hausse de 3,3 % en un an et de 44 % depuis 2007, dont 54,7 Mbl à terre et 864 Mbl en mer (94 %), dont 614,7 Mbl au large de l'État de Rio de Janeiro ; la production des gisements antésalifères atteint 372,7 Mbl (40,6 %), en forte hausse (+33 % en 2016 après +56 % en 2015).

Les réserves prouvées

Les réserves prouvées de pétrole du Brésil étaient estimées par BP à 2,0 milliard de tonnes fin 2018 (13,4 milliards de barils), soit 13,7 années de production au rythme de 2018. Ces réserves classaient le Brésil au 15e rang mondial avec 0,8 % du total mondial.
Le Brésil se situe au 2e rang en Amérique du Sud après le Venezuela.
Plus de 94 % de ces réserves sont localisées en mer, dont 80 % dans les bassins offshore de Campos et de Santos, au large de l'État de Rio de Janeiro, et 10 % au large de l'État d'Espírito Santo.








(Photos : Olivier THIBAUD/SIPA PRESS)

(1)Réservoir

Lors de la production de pétrole et de gaz naturel par une roche mère, les hydrocarbures remontent vers la surface à travers la porosité des roches réservoirs grâce à deux mécanismes :

- la pression lithostatique, pression de la colonne de roche tendant à comprimer les roches les plus profondes en diminuant leurs porosités;

- la densité, la masse volumique des hydrocarbures étant inférieures à celle de l'eau et cette dernière étant présente initialement dans la plupart des roche réservoirs, les hydrocarbures vont remonter pour « flotter » sur les nappes d'eau.
Dans leur ascension vers la surface, les hydrocarbures peuvent s'accumuler dans un piège stratigraphique ou structural. On parle alors de réservoir pétrolier où sont présents en général gaz naturel, pétrole et eau (salée ou non).
Le gaz est au sommet de la colonne, flottant sur le pétrole, lui-même flottant sur l'eau.

(2)Petrobras
Petróleo Brasileiro S.A - Petrobras est une entreprise d'État brésilienne de recherche, d'extraction, de raffinage, de transport et de vente de pétrole.
Son siège est situé à Rio de Janeiro.
Elle est la première entreprise du pays.
En 2014 elle figurait parmi les 15 plus grandes entreprises pétrolières mondiales.
Après la plus importante augmentation de capital de l'histoire, réalisée pour 70 milliards de dollars en septembre 2010 à Wall Street, c'est selon le Forbes Global 2000, la huitième entreprise mondiale en capitalisation boursière.
Elle dispose d'une technique avancée pour le forage en eau profonde et ultra profonde, avec des records mondiaux de profondeur (5,5 km).
Petrobras est également connue du grand public par sa participation au championnat du monde automobile de Formule 1 .

(3)CGG
CGG, anciennement Compagnie Générale de Géophysique-Veritas, est une entreprise française spécialisée jusqu’en 2020 dans l'exploration pour le compte de l’industrie de l’énergie (pétrole et gaz principalement).
Dans la pratique CGG fournissait des produits et services sont destinés à l'imagerie et l'interprétation des réservoirs d'hydrocarbures actuels et futurs, en utilisant les différentes technologies et compétences de la géologie, de la géophysique, de la caractérisation et du développement de réservoirs
Pour l’exploration en mer elle disposait d’une flotte de navires spécialisés.












En géologie un piège est une structure affectant la roche réservoir et la roche couverture d'un système pétrolier et permettant l'accumulation des hydrocarbures.
Les pièges peuvent être de deux types :
stratigraphique ou structural


Piège structural dans un anticlinal



Piège structural le long d'un plan de faille

Jaune : roche réservoir ; vert : roche couverture ; rouge : hydrocarbures
Un piège structural est formé par la déformation d'une formation sédimentaire. Ces pièges se forment généralement le long d'un plan de faille ou dans le cœur d'un anticlinal, ce dernier cas représentant environ 80 % des découvertes d'hydrocarbures dans le monde.

Aucun commentaire:

Publier un commentaire