mardi 3 mars 2020

Cervières (Haut-Forez) : les doigts d’or des Grenadières


Le CNA reçoit les Grenadières


Les doigts d'or de Marine, Grenadière à Cervières



Le village médiéval de Cervières (Haut-Forez, département de La Loire)



C’est à Cervières, dans le Haut-Forez (département de la Loire) aux confins de l’Auvergne et du Bourbonnais, que se perpétue un métier vieux de plus de 150 ans : le métier de Grenadière .

On appelait Grenadières les femmes qui brodaient les écussons avec des fils d'or et d'argent, appelés « cannetille ».
L'origine de ce surnom provient du symbole militaire de la grenade, associé à plusieurs corps d'armée de terre, que ces femmes ont réalisées en très grandes séries jusqu'au milieu du XXème siècle.

Ainsi est né un atelier-musée unique en France perpétuant un savoir-faire incroyable pour répondre aux impératifs vestimentaires initiés par l’empereur Napoléon Ier, celui des Grenadières, brodeuses au fil d'or qui s’étaient spécialisées dans la confection de broderies militaires, précisément celle de la grenade.

La dernière grenadière a cessé d'exercer en 2013 emportant avec elle un savoir-faire précieux.

Leur geste transmis de mère en fille depuis les années 1870 avec une apogée de la profession au milieu du XXème siècle où elles se comptèrent jusqu’à 500, la fin des années 1970 avait marqué le déclin d'une profession qui ne fait plus recette :
mondialisation, libéralisation de la femme, perte d'intérêt pour les métiers manuels, les Grenadières disparaissent peu à peu emportant avec elles ce savoir-faire si précieux.

Originaire de Cervières, Frédérique Seret découvre en 2016 que ce savoir-faire ligérien vieux de presque deux siècles est en voie de disparition.

Ayant observé durant toute son enfance des femmes travailler sur leur métier à broder, l'idée que ces gestes ne puissent plus être reproduits lui est inconcevable. Persuadée que ce savoir-faire a encore sa place en France, Frédérique décide de quitter Toulouse, sa région d'adoption, pour revenir vivre à Cervières, créer la société Yvonne & Alexis - prénoms de ses grands parents - dans le but de créer et commercialiser des produits brodés au fil d'or.

Dans le même est créée l'Association « les Grenadières du Haut-Forez » qui reforme depuis 2018 des femmes à cette technique de broderie après qu'une grenadière retraitée ait accepté de leur transmettre son savoir-faire.

Cinq femmes réapprennent alors les gestes de leurs aïeules et sont fières de contribuer à la sauvegarde de beau métier.

C’est donc de justesse que l’art des grenadières est sauvé !

Broderie d’or – Coutellerie :
le mariage de deux métiers d’art

Mais revenons à l’aventure « Yvonne & Alexis »
Le nom de cette maison doit son existence à l’histoire de sa fondatrice Frédérique Seret :
la vie de ses aïeuls lui a inspiré ce qui est aujourd’hui le produit phare de sa collection, les couteaux aux manches brodés.

C’est à Cervières, écrin rural, qu’un châtelain cherche des métayers pour gérer sa ferme et ses terres.
C’est donc là que les jeunes mariés Yvonne et Alexis ont choisi de s’installer pour travailler et fonder famille, à quelques kilomètres seulement de leurs villages d’origine.
Nous sommes en 1930 et à cette époque les hivers sont rudes.
Il n’est pas rare que les récoltes soient peu abondantes.

Comme beaucoup, Yvonne et Alexis vont devoir compléter leurs revenus avec du travail à façon, du travail à domicile qu’ils pourront exercer les soirs et les hivers.

C’est l’âge d’or de la coutellerie thiernoise, à quelques tours de roues de charrettes de Cervières et celui de la broderie militaire au fil d’or.
Yvonne, qui a appris de sa mère et de sa grand-mère aime travailler derrière son métier à broder, même si parfois, le travail à la ferme est harassant tout comme ses trois enfants.
A la lueur de sa lampe à pétrole, les broderies prennent forme chaque soir.
Yvonne est grenadière !
C’est le nom donné aux brodeuses du canton qui brodent par milliers la grenade militaire, d’où ce surnom…
Yvonne aime travailler ce fil d’or, si fin, si fragile et qui, une fois brodé, feront briller de mille feux les insignes militaires.
Elle est fière de ce travail même si, payée à la pièce, selon un temps fixé par son patron (appelé facteur de fabrique) il lui faut broder jusque tard dans la nuit pour avoir bonne paye à la fin du mois.

Alexis, quant à lui, rejoint chaque soir son petit atelier attenant à la ferme. Il s’active à assembler des couteaux

Une à deux fois par semaine, Alexis se rend à Thiers, récupère les platines, les ressorts, les rivets et les lames qu’il assemblera pour en faire des couteaux et les rapporter à Thiers. Aucun voyage à vide ! Lui aussi est payé à la pièce et ne doit pas compter ses heures pour que ce travail soit rentable.
Ainsi s’écoule la vie d’Yvonne et Alexis entre famille, ferme et travaux à domicile.

Frédérique Seret, petite-fille d’Yvonne et Alexis constate un parallèle entre le métier de grenadière et celui du coutelier :
ces deux métiers ont été des métiers dits « alimentaires » au siècle dernier.
Touchés par la mondialisation, ils ont manqué tous deux de disparaître.
Dans les années 1990 a été créé le couteau de Thiers, sous confrérie pour le protéger des contrefaçons et mettre à l’honneur les couteliers d’art.
Aujourd’hui, le couteau de Thiers est mondialement connu et reconnu et avec lui le savoir-faire des couteliers d’art.
La broderie militaire au fil d’or a bien failli disparaître elle aussi à la fin des années 2000 :
arrêt de la transmission mère-fille, mondialisation et concurrence asiatique ont failli sonner la fin de 150 ans d’histoire.

L’association les Grenadières du Haut-Forez œuvre chaque jour à la pérennisation de ce savoir-faire rare, à la transmission du geste alors que cela fait bien longtemps que les armées et les hauts fonctionnaires ont délaissé le « made in France » au profit du prix des broderies asiatiques.

C’est alors que l’idée de rassembler ces deux métiers d’art a donné naissance à des couteaux aux manches brodés « Yvonne et Alexis ».
La réunion de deux métiers d'art dont les retrouvailles ont permis la réalisation de pièces uniques !

L’association des Grenadières du Haut-Forez


La Maison des Grenadières

Atelier-musée de la broderie au fil d’or

5 rue marchande – 42440 CERVIERES

Tel : 04 77 24 98 71




L'atelier-musée de la Maison des Grenadières, basé à Cervières (42) abrite en outre une magnifique collection des pièces réalisées sur le canton de Noirétable et retrace l'histoire de ces femmes.
La visite se termine par une démonstration de broderie.

La Broderie au Fil d'Or au service de l'Art et de l'Objet – Yvonne & Alexis


… et rendez-vous les 23 et 24 mai 2020 à Thiers pour

Coutellia : Festival international du couteau d'Art et de tradition



Merci au Cercle National des Armées, Place Saint-Augustin à Paris, qui a reçu et servi de cadre à une magnifique exposition-démonstration le 3 mars 2020




Broderie au fil d'or et couteau d'art de Thiers - Yvonne & Alexis


Grenadières à la ferme


Rémouleur à Thiers, capitale de la coutellerie
















Aucun commentaire:

Publier un commentaire