vendredi 27 décembre 2019

« LA GRANVILLAISE », BISQUINE DE GRANVILLE fête ses 30 ans !


"La Granvillaise" toutes voiles dehors au retour de régate


"La Granvillaise" par petit temps : retour de Chausey sur Granville 

« La Granvillaise » est la réplique d’une grande bisquine, voilier de pêche le plus toilé de France, typique de la Baie du Mont Saint-Michel. Elle est armée par l’Association des Vieux Gréements Granvillais, qui propose des sorties en mer à la demi-journée ou à la journée (ou plus!) pour découvrir la navigation traditionnelle au départ de Granville, avec un équipage professionnel.

Et ce prochain été 2020 – du 19 au 23 août plus précisément – le fameux Festival des Voiles de Travail de Granville célébrera les 30 ans du lancement de « La Granvillaise ».
Un anniversaire qui devrait sans nul doute permettre de la voir naviguer de conserve avec « La Cancalaise » ! (1)

CARACTÉRISTIQUES DU BATEAU :
Longueur de coque : 18,28 m (soit 60 pieds)
Surface de voilure pêche : 293 m2
Largeur de coque : 4,76 m
Tirant d’eau : 2,75m
Longueur hors tout : 32,30 m
Surface de voilure régate : 340 m2
Moteur Boni : 135 CV
Déplacement : 55 Tonnes

Les dimensions d’une bisquine du début du siècle sont impressionnantes :
un peu plus de 18 mètres de coque, 340 mètres carrés de toile…

Elles ne sont pas sans rappeler les mêmes chiffres qu’un 60 pieds Open IMOCA actuel, catégorie reine de la course au large telle le Vendée Globe Challenge (la plus dure course autour du monde en solitaire) - rien de moins -  !
A cela il faut encore lui ajouter, devant (à la proue), un interminable bout-dehors de 9 mètres et, derrière (à la poupe), une queue-de-malet de 4 mètres !
Et au-dessus du pont, la démesure est également de mise :
les trois mâts portent jusqu’à trois étages de voiles qui culminent à 20 mètres de hauteur…

C’est dans la baie du Mont-Saint-Michel - entre 1890 et 1930 - que les constructeurs vont lui donner ses lettres de noblesse.
Il est vrai que, pour pêcher dans un coin aux conditions de mer si particulières, avec les plus grandes marées d’Europe entraînant des courants parfois violents, il faut un voilier fin et rapide, bon manœuvrier et remontant bien au vent.

Les constructeurs de Granville et de Cancale s’emploient alors à améliorer le type initial :
les formes avant s’affinent, le tirant d’eau augmente, la voûte arrière s’allonge, rasante, magnifique.
Vers 1900, la bisquine est à son apogée…

Chantiers et marins ont alors deux mots d’ordre :
plus de puissance, plus de vitesse.

Il faut aller vite parce que les périodes de pêche – huîtres et coquilles saint-Jacques notamment – sont strictement réglementées et surveillées.

Il faut aller vite parce que, il faut être le premier à arriver sur les lieux de pêche, puis le premier à rentrer au port pour vendre sa prise.

Il faut de la puissance parce que, utilisées au chalut, à la ligne ou à la drague, les bisquines encaissent des efforts colossaux…

Il faut aller vite, enfin, parce que les régates locales sont devenues une institution, un rendez-vous annuel obligé, un motif de fierté et de discorde entre les deux principaux havres de la baie,  ainsi qu'une source de revenus avec des dotations qui pouvaient représenter une saison de pêche !

(1) Les Bretons de Cancale et les Normands de Granville mettent un point d’honneur à s’imposer. Et ne se font aucun cadeau…

En savoir plus ou faire une sortie en mer :

Association des Vieux Gréements Granvillais
- AVGG -
43 Bd des Amiraux Granvillais
50400 Granville
tel : 02 33 90 07 51
http://www.lagranvillaise.org/


A lire :
« La bisquine à Cancale et à Granville »
de Jean Le Bot
Edité par l’ AVGG
troisième édition 200; 192 pages
(quelques exemplaires encore disponibles auprès de l’AVGG au prix de 22€)

C’est le livre indispensable pour les amoureux des gréements traditionnels que nous propose Jean Le Bot, historien passionné et méthodique.
Il nous livre une splendide monographie à la fois technique, superbement documentée et pleine de vie.
Ce pionnier en matière de conservation du patrimoine maritime est l’un des artisans qui ont œuvré à la renaissance et au lancement de « La Cancalaise » en 1997 et de « La Granvillaise » en 1990.
Pouvoir naviguer à leur bord est une façon vivante de réactiver la mémoire d’un passé maritime encore proche…


Autre bisquine, "La Cancalaise" sera visible comme  "La Granvillaise" à l'occasion du prochain Festival de Voiles de Travail  de Granville (19 au 23 août 2020)




Toutes voiles dehors : les deux bisquines au virement de bouée au large de Granville




















Autre fleuron de Granville :
"Le Marité" dernière goélette terre-neuvas armée pour la pêche à la morue


Aucun commentaire:

Publier un commentaire