vendredi 15 novembre 2019

Prix littéraire des 5 Continents : Gilles Jobidon distingué pour « Le Tranquille affligé »


Le Tranquille affligé


Gilles Jobidon





C’est sous le regard bienveillant de notre grand ancien Léopold Sédar Senghor et dans la salle éponyme du siège de l’OIFOrganisation Internationale de la Francophonie – avenue Bosquet à Paris que s’est déroulée la remise du Prix littéraire des cinq continents.
Pour cette 18ème édition était révélé le nom des lauréats.
Ainsi le jury du Prix des cinq continents a-t-il décidé d’attribuer le prix à Gilles Jobidon pour son roman « Le Tranquille affligé » aux éditions Leméac.
Gilles Jobidon vit et travaille à Montréal.
Saluée par le succès de son premier roman, « La route des petits matins » (prix Robert-Cliche 2003 ; prix Ringuet 2004 ; prix Anne-Hébert 2005), l’oeuvre romanesque de Gilles Jobidon s’est poursuivie avec « L’âme frère » (Grand Prix du livre de la Montérégie 2006), puis « Combustio » (Grand Prix du livre de la Montérégie 2013), « La petite B. » (prix Arlette-Cousture 2016) et « Le Tranquille affligé » (prix Arlette-Cousture 2019).
Gilles Jobidon est également l’auteur des récits poétiques « Morphoses » et du recueil de « Nouvelles d’ailleurs ».
Il a fait paraître à l’automne 2019 un carnet d’écriture intitulé « C’est la faute à l’ostensoir ».

Pour le Jury international, présidé par Paula Jacques, « c'est une fable aux accents contemporains dont l'écriture épouse le sublime et une malicieuse trivialité. Au XIXe siècle, à l'époque des grandes conquêtes coloniales, un jésuite défroqué va réussir à convaincre l'empereur de Chine à financer sa quête merveilleuse des secrets de fabrication d'une couleur, le noir absolu».

Le Jury a également décerné une mention spéciale à Alexandre Feraga pour son roman « Après la mer » publié aux éditions Flammarion :
« Après la mer se termine cruellement l'enfance d'un petit garçon. Le temps d'un été, Alexandre entreprend avec son père un retour forcé en Algérie, le pays des origines, comme en terre étrangère. Dans une langue sensible et distanciée, le narrateur décrit les blessures des enfants mal aimés.»

Le Prix a été remis par l’Administratrice de l’OIF, Mme Catherine Cano.
Doté d’un montant de 10.000 euros, le Prix des cinq continents, créé en 2001, permet de mettre en lumière des talents littéraires reflétant l’expression de la diversité culturelle et éditoriale en langue française sur les cinq continents.
Ce prix permet également d’offrir à l’auteur(e) un rayonnement international.
Le lauréat bénéficie d’un accompagnement promotionnel pendant toute une année, l’OIF assurant sa participation à des rencontres littéraires, foires et salons internationaux identifiés de commun accord avec lui.

Composé de douze écrivains de renom, originaires de tout l’espace francophone, le jury du Prix 2019 est présidé par Paula Jacques (France-Égypte) et réunit Lise Bissonnette (Canada-Québec), Ananda Devi (Maurice), Hubert Haddad (Tunisie-France), Monique Ilboudo (Burkina Faso), Vénus Khoury-Ghata (Liban), Jean-Marie Gustave Le Clézio (Maurice), René de Obaldia (Hong-Kong), Lyonel Trouillot (Haïti), Abdourahman Waberi (Djibouti), Jun Xu (Chine) et Jean Marc Turine (Fédération Wallonie-Bruxelles), lauréat du prix 2018.

Le site web de l’OIF :

https://www.francophonie.org/prix-des-5-continents-de-la-francophonie-lumiere-sur-ledition-2019-779

Aucun commentaire:

Publier un commentaire