jeudi 14 novembre 2019

L’Afrique a du talent ! 3ème Édition du Prix Jeune entrepreneur(e) francophone : les lauréats


Dominic Cardy, Ministre de l’Éducation et du Développement de la petite enfance du Nouveau-Brunswick (Canada), félicite Seynabou Dieng Traoré



Seynabou présente sa réalisation MAYA


Catherine Cano, Administratrice de l’OIF, félicite Flavien Kouatcha



Flavien présente son activité Save Our Agriculture


La traditionnelle photo de famille

Dans le cadre du Forum économique international des Amériques (Conférence de Paris), l’OIF – Organisation Internationale de la Francophonie - a remis le 13 novembre 2019 le Prix Jeune entrepreneur(e) francophone à Seynabou Dieng, dirigeante de ’entreprise Maya et Flavien Kouatcha, fondateur de l’entreprise Save Our Agriculture Sarl.
La Cérémonie s’est tenue au château de La Muette (1) à Paris en présence de Catherine Cano, Administratrice de l’OIF, de Dominic Cardy, Ministre de l’Éducation et du Développement de la petite enfance du Nouveau-Brunswick (Canada) et de Mohamed Mabrouk d'Ernst & Young, président du jury.

Parmi les 420 candidatures reçues, représentant plus de 30 pays de la Francophonie, ce sont donc ces deux jeunes entrepreneurs, une femme et un homme, qui ont été retenus :
Seynabou Dieng (Mali) et Flavien Kouatcha (Cameroun) recevront chacun une dotation de 10 000 € et bénéficieront d’un suivi promotionnel. Un prix spécial du jury a également été attribué à Mariame Baradji (Côte d’Ivoire) et Kokou Noussia (Togo), qui recevront chacun une dotation de 3 000 €.

L’objectif du Prix Jeune entrepreneur(e) est de soutenir les initiatives entrepreneuriales des jeunes, de leur donner de la visibilité et de les encourager à persévérer.
Pour l’OIF et ses partenaires (2), les idées novatrices des jeunes doivent être mises à profit dans tout l’espace francophone; leur énergie entrepreneuriale permet d’apporter des solutions aux défis actuels et contribuent à un développement économique durable et responsable de leurs communautés.

Seynabou Dieng Traoré (31 ans, Mali) :
« Produire local et créer de l’emploi »

Seynabou Dieng Traoré est une entrepreneure malienne de 31 ans. Après des études à l’international, elle décide de rentrer au Mali en 2015 pour contribuer au développement de son pays. ⁣
Elle a réalisé, lors d’un séjour au Brésil, l’importance de consommer local et le fait que cela contribue à l’émergence des pays en développement. C’est ainsi qu’elle crée Maya en 2016, une entreprise de production de condiments et d’épices (sauce piment gingembre, vinaigrette à l’ail, marinades…)⁣
En 2018, l’entreprise a réalisé un chiffre d’affaires de 50 000 € sur fonds propres et a su délivrer un impact très positif au sein de sa communauté.⁣
- Employabilité des femmes et des jeunes : la société a créé 10 emplois directs et 16 emplois indirects. Sur les 10 employés, 8 sont des femmes et l’équipe a une moyenne d’âge de 23 ans.⁣
- Création d’opportunités pour le monde rural : la société a noué des partenariats avec des coopératives maraîchères et des grossistes. ⁣
- Promotion de l’entrepreneuriat : Seynabou offre du coaching et de la formation aux jeunes souhaitant se lancer dans l’entrepreneuriat. ⁣
La vision de Maya est de devenir d’ici 5 ans un acteur incontournable de l’industrie des conserves et des aides culinaires en Afrique de l’Ouest. Pour cela, la société souhaite développer un modèle de production inclusif dans lequel les petits exploitants agricoles sont intégrés à 100% et pourront bénéficier de la possibilité de quitter l’informel.⁣

Flavien Kouatcha (30 ans, Cameroun) :
« L’aquaponie pour nourrir sainement la population »

Flavien Kouatcha est un jeune entrepreneur camerounais âgé de 30 ans. Après avoir étudié et travaillé dans le domaine de l’ingénierie, il a fondé en 2016 l’entreprise Save Our Agriculture Sarl qui conçoit des kits aquaponiques pour permettre la production d’aliments biologiques en milieu urbain.⁣
Un système aquaponique est un équipement constitué d'un bassin d'élevage de poissons et d'un bac de culture de plantes, connectés en cycle fermé de façon à ce que les excréments de poissons servent comme engrais naturel pour fertiliser les légumes du bac de production végétale. ⁣
Son entreprise a d’abord conçu des systèmes de production individuelle pour des particuliers et professionnels désireux de produire des aliments dont ils pourraient maîtriser le cycle et qu’ils pourraient consommer sans crainte.⁣
En fonction de la demande, l’entreprise a progressivement migré vers des systèmes de plus en plus importants pour des restaurateurs et hôteliers. Aujourd'hui, elle mise sur une unité de production à grand volume, gage de son déploiement à grande échelle sur le continent africain. Grâce à ces systèmes de production l’entreprise produit des poissons tels que des tilapias, carpes et clarias ainsi que des légumes tels que la tomate, salade et piment.⁣
Les valeurs de l’entreprise:⁣
- Excellence : Depuis sa création l’entreprise s’engage à offrir la meilleure qualité de service possible à sa clientèle. ⁣
- Innovation : L’entreprise est disposée à répondre en permanence aux défis liés aux mutations de l’environnement, en apportant des solutions toujours plus efficaces et accessibles à sa clientèle.⁣
- Responsabilité : Dans le but de pérenniser l’action de l’entreprise, Flavien participe à des micro-projets à fort impact.⁣
Esprit d’équipe : Pour fournir le meilleur rendement possible, l’entreprise mise sur une communication sincère et une collaboration sans faille entre les membres de son équipe.


Le château de La Muette



L'assistance attentive aux résultats


Heureuses : Seynabou et sa maman !


Seynabou Dieng Traoré se prête aux questions de la chaîne de télévision américaine Bloomberg


Benjamin Reverdit, Magazine AMINA




Olivier THIBAUD, Magazine Francophonie Actualités

Partenaires

Le Prix Jeune entrepreneur(e) francophone est organisé par :
•  L’Organisation internationale de la Francophonie (OIF)
•  Le Gouvernement du Nouveau-Brunswick
• La Conférence des ministres de la jeunesse et des sports de la Francophonie (CONFEJES)
•  Le Cabinet d’audit comptable et financier Ernst and Young (EY)


Récapitulatif des Lauréat(e)s, Dauphin(e)s et Prix spéciaux du Jury

Jeunesse femmes

- Lauréate: Seynabou Dieng Traoré (Sénégal-Mali), dirigeante de l’entreprise Maya Sarl
- Deuxième position : Stephanie Rakotomalala (Madagascar-France), dirigeante de l’entreprise Masoala Laboratoire
- Troisième position : Adjoavi Codjo (Togo), dirigeante de l’entreprise Adjoasika Na Mawu
- Prix spécial du Jury : Mariame Baradji (Côte d’Ivoire), dirigeante de l’entreprise Nouvelle Huilerie Sarega (NHS).

Jeunesse hommes

- Lauréat : Flavien Kouatcha (Cameroun), dirigeant de l’entreprise Save our Agriculture Sarl
- Seconde position : Komlan Bessanh (Togo), dirigeant de la société S.E Nutri-Togo
- Troisième position : Chiaka Berthe (Mali), dirigeant du Complexe scolaire moderne « Adiara » (CSMA)
- Prix spécial du Jury : Kokou Noussia (Togo), dirigeant de l’entreprise CivicBag

(1) Le château de la Muette est un château situé dans le 16e arrondissement de Paris, à proximité du bois de Boulogne au niveau de l'actuelle porte de la Muette, à proximité de l'emplacement où trois châteaux ont existé successivement depuis la Renaissance. Le bâtiment actuel, quatrième château de la Muette, a été édifié par Henri de Rothschild sur les plans de l'architecte Lucien Hesse, au début des années 1920 dans le style du XVIIIème siècle. Il abrite aujourd'hui le siège de l'Organisation de coopération et de développement économiques (OCDE) à Paris.
L'origine du nom « Muette » est controversée. Il peut faire référence à la mue des cerfs ou à celle des faucons, ou bien désigner une meute de chiens dans une ancienne orthographe.

(2) Gouvernement du Nouveau-Brunswick, Conférence des ministres de la jeunesse et des sports de la Francophonie (CONFEJES), Cabinet d’audit comptable et financier Ernst & Young (EY).

Le site de l'OIF :

Aucun commentaire:

Publier un commentaire