samedi 16 novembre 2019

Indonésie s’engage dans la préservation de la faune sauvage




Très complet "Indonésie" , le guide de référence du Petit Futé


Je parraine l'éléphant de Sumatra "Rahmat" qui vit à Aceh en  Indonésie

Bienvenue en Indonésie !
Sumatra, Java, Bali, Komodo...

Laissons la parole au Petit Futé, notre guide préféré :
« Qui n'a pas rêvé à la simple évocation de ces destinations, d'aventures, de lieux magiques et fascinants, d'animaux sauvages à contempler, orangs-outans, éléphants, dragons, tigres, de partager l'espace d'un moment la culture d'ethnies si éloignées de la nôtre.
De paysages grandioses, montagnes embrumées, jungles luxuriantes, plages immenses, en melting-pot culturel et religieux, islam, hindouisme, bouddhisme, animisme...
L'archipel se révèle multiple, divers et mystérieux.
L'Indonésie est composée de 17 000 îles, parfois immenses et très peuplées comme Java, souvent minuscules, oubliées et désertes.
Seules 6 000 d'entre elles sont habitées.
Et puis la mer, ou plutôt les mers, omniprésentes.
D'un bout à l'autre, ce ne sont pas moins de 5 000 km qu'il vous faudra parcourir et trois fuseaux horaires à digérer, de la pointe ouest de Sumatra au fin fond de la Papouasie, l'autre extrémité de l'archipel.
Pour appréhender au mieux cet immense archipel, organiser son séjour avec une agence locale est une bonne option, c'est l'assurance d'un voyage complet et authentique au cœur de la réalité indonésienne. »

Alors bienvenue en Indonésie le 13 novembre dernier et plus spécialement à l’ambassade à Paris pour une soirée découverte sous le signe de la préservation de la faune sauvage de l’archipel !

Les hôtes étaient accueillis pour la circonstance par le jeune et dynamique tout nouvel ambassadeur Arrmanatha C. Nasir.

Un apéritif de bienvenue était offert, occasion pour les uns et les autres de découvrir vins et « champagne » indonésiens ainsi que de très belles pièces d’artisanat où se côtoyaient les étoffes rares tissées main, objets de bois précieux ou de rotin, marbre ouvragé…

Fréquemment citées, les principales raisons de visiter l’Indonésie sont la gentillesse proverbiale de ses populations, ses paysages d’une beauté à couper le souffle, sa gastronomie variée à l’infini, les éléphants de Sumatra, les orangs-outans, les dragons (oui, les dragons !)…

Et c’est précisément la préservation de la faune sauvage dont il a été question au long de la soirée où ont été présentés les objectifs et réalisations en la matière.
Saluons au passage la dynamique et très impliquée Madame Itan M. Sukarma représentant le WWF – Indonesia (Fonds mondial pour la nature).

Visitez le site :

www.wwf.id

Attardons-nous plus spécialement sur l'éléphant de Sumatra (Elephas maximus sumatranus) qui est une des sous-espèces de l'éléphant d'Asie, vivant sur l'île indonésienne de Sumatra.
Sa morphologie est semblable aux autres éléphants d'Asie, il s'en distingue par des oreilles un peu plus grandes et une paire de côtes surnuméraire.
Bien que la classification des différentes populations d'éléphants d'Asie soit encore incertaine, celle de Sumatra est généralement reconnue comme une sous-espèce depuis la publication d'une étude génétique suggérant qu'elle comprend tous les descendants d'un unique ancêtre, et qu'elle est donc monophylétique.
Évalué en 2011 par l'Union internationale pour la conservation de la nature (UICN), l'éléphant de Sumatra est classé « en danger critique d'extinction », sa population ayant diminué d'au moins 80 % au cours des trois dernières générations, estimée à environ 75 ans.
Cette sous-espèce est extrêmement menacée par la perte, la dégradation et la fragmentation de son habitat ainsi que par le braconnage.
Plus de 69 % de l'habitat potentiel de ces éléphants a été perdu au cours des 25 dernières années !

Habitat et répartition

L'éléphant de Sumatra avait autrefois une large répartition sur l'île, et la province de Riau aurait eu la population d'éléphants la plus importante de Sumatra, avec plus de 1 600 individus dans les années 1980.
En 1985, une enquête rapide menée à l'échelle de l'île avait montré qu'entre 2 800 et 4 800 éléphants vivaient dans les huit provinces continentales de Sumatra, réparties en 44 populations.
Selon des enquêtes effectuées entre septembre 2000 et mars 2002, douze de ces populations se trouvaient dans la province de Lampung, où seules trois populations existaient encore en 2002.
La population du parc national de Bukit Barisan Selatan était estimée à 498 individus, tandis que celle du parc national de Way Kambas a été estimé à 180 individus.
La troisième population du complexe Mont Ridingan-Way Waya était considérée trop petite pour être viable à long terme.

En 2008, les éléphants s'étaient éteints localement dans 23 des 43 aires de répartition identifiées à Sumatra en 1985, indiquant un déclin très important de la population d'éléphants de Sumatra jusqu'à cette date.
En 2008, cette sous-espèce avait disparu de la province du Sumatra occidental et risquait également de l'être dans la province du Sumatra du Nord. Dans la province de Riau, environ 350 éléphants ont survécu dans neuf aires de répartition.

La population actuelle d'éléphants de Sumatra est estimée à 2 400 – 2 800 individus sauvages, sans compter les éléphants maintenus dans des camps, réparties au sein de 25 populations fragmentées à travers l'île.
Plus de 85 % de leur habitat se trouve en dehors des zones protégées.

Mais citons également l’orang-outan

L’île de Bornéo est occupée par trois pays :
Brunei, Malaisie et la majorité de l’Indonésie.
Les orangs-outans sauvages peuvent être observés tout au long de la forêt tropicale de Bornéo.
Mais une des meilleures façons de les voir en Indonésie est de louer un bateau Klotok et descendre la rivière Sekonyer pour atteindre et visiter la réserve de réhabilitation des orangs-outans « Camp Leakey » dans le Parc National de Tanjung Puting.

Cependant cette soirée était l’occasion d’avoir un aperçu de la gastronomie indonésienne

Cette gastronomie indonésienne est influencée par les traditions culinaires de pays et de régions aussi divers que la Chine, l’Inde, le Moyen-Orient et les Pays-Bas.

Le succès de la gastronomie indonésienne est en partie dû à la grande diversité que l’on peut y retrouver.
Les multiples recettes en provenance des différentes régions du pays sont à la base même de cette cuisine. Les Indonésiens apprécient par-dessus tout les épices.
D’ailleurs le pays est l’un des plus importants fournisseurs d’épices au monde !
L’influence chinoise se manifeste à travers la présence de plats sautés, cuits dans un wok fumant, mais l’Inde n’est pas en reste, avec les currys très appréciés.
Les satés (brochettes de viande marinée) proviennent des kebabs du Moyen-Orient tandis que le rijstaffel (table de riz) date de l’époque coloniale.
Toutes ces traditions culinaires ont fusionné et se sont adaptées pour former des cuisines régionales sur presque toutes les îles de l’archipel.

Les cinq piliers de la gastronomie

Le riz, la noix de coco, la banane, la cacahuète et le soja constituent les cinq piliers de la cuisine indonésienne.
D’ailleurs, il est impossible de trouver un plat qui n’inclue pas au moins l’un de ces ingrédients.
Le riz est l’aliment de base de la plupart des îles, surtout les plus fertiles comme Sumatra, Java et Bali.
Il existe plusieurs variétés de riz : le beras putih (riz blanc), le ketan putih (riz blanc gluant), le ketan hitam (riz noir gluant) et le beras merah (riz rouge)…

N’oublions pas le chocolat

En effet le dernier Salon international du chocolat à Paris (la plus grande exposition mondiale sur le chocolat et le cacao) accueillait le pavillon Indonésie qui attiré de nombreux visiteurs !
L'ambassadeur d'Indonésie, M. Arrmanatha C. Nasir, a lui-même inauguré le pavillon le mercredi 30 octobre 2019.
Cette année, l'Indonésie a présenté cinq exposants : : Pod Junglempire (de Bali), Krakakoa, Ewwon Chocolate, Timor Mitraniaga (chocolat «Gaura») et Biji Kakao Trading.
Dans son discours d'ouverture, l'ambassadeur Nasir a déclaré que la France était l'un des plus gros importateurs de produits à base de cacao, avec 64% des importations totales de cacao sous forme de chocolat.
L'Indonésie compte bien tirer parti de ces opportunités de marché !
Au chapitre des récompenses Muhammad Aris, un producteur de cacao indonésien basé à Soppeng, dans le sud de Sulawesi, a été primé comme l'un des meilleurs producteurs de chocolat au monde « 50 meilleurs prix internationaux du cacao » !
Et c’est l'ambassadeur Arrmanatha Nasir et Mme Ariza Budi (ICCRI) représentant M. Aris qui ont reçu ce prix.

De belle rencontres…

Sans pouvoir citer tout le monde, saluons les personnes avec qui nous avons échangé : Cicilia Rusdiharini, Conseillère Ministre à l’ambassade d’Indonésie, Philippe Lous-Dreyfus, président du groupe Louis Dreyfus Armateurs (LDA) et responsable de l’Asie du Sud-Est pour le MEDEF international, Philippe Kunter, directeur du développement durable BPI France, Hervé Deguine, responsable des relations avec les ONG pour Michelin, Brigitte Le Bris, du groupe Natixis, Lei Zhang, responsable marchés asiatiques chez BMW…
Et bien entendu Madame Itan M. Sukarma du WWF – Indonesia.

Enfin et pour terminer – avant de visiter avec vous l’Idonésie - reprenons le mot célèbre de Saint Augustin :
« Le monde est un livre et ceux qui ne voyagent pas n'en lisent qu'une page. »
Alors hâtons nous de lire la page Indonésie !


































Aucun commentaire:

Publier un commentaire