dimanche 13 octobre 2019

PIASA vente : Art Contemporain Africain


Piasa organise le 7 novembre sa dixième vente aux enchères consacrée à l’art contemporain africain qui offre un panorama de l’art moderne et contemporain d’Afrique et de la diaspora.

Seront présentés des artistes du Hangar, de l’école Dakar, du Mozambique, des peintres populaires du Congo et de la jeune peinture ivoirienne. Un focus sur les artistes travaillant sur les thèmes des migrations et de l’environnement est proposé ainsi qu’un chapitre sur la photographie africaine.

Fidèle à sa vocation de révéler aux collectionneurs la richesse et la qualité de la création artistique moderne et contemporaine d’Afrique et de sa Diaspora, PIASA propose de nouveau, pour cette 10ème vente, son regard sur la diversité de l’art contemporain africain.
L’ouverture du catalogue est consacrée aux artistes des écoles « modernes » du Congo, du Sénégal et du Mozambique.
Trois foyers de création aujourd’hui redécouverts qui font le pont entre l’art traditionnel et l’art contemporain africain.
La section dédiée à la Peinture Populaire du Congo, terme inventé par l’artiste Chéri Samba, comporte plusieurs toiles emblématiques de ce dernier, à la maitrise et à la subtilité inégalée.
On y trouve également des témoignages de leurs temps par Moké et Monsengo Shula, les chroniques, critiques de l’actualité de Chéri Chérin et Amani Bodo, ainsi qu’une version maxi format d’Un Monde en Mutation de Pierre Bodo.
Parmi les nombreux enjeux de société qui sont fréquemment traités par les artistes africains, nous proposons un focus sur trois des thèmes contemporains parmi les plus brûlants, qui se trouvent être imbriqués les uns aux autres et des priorités pour l’Afrique : la question des migrations, l’urgence climatique et l’urbanisation.
Le tapis de Sadek Rahim, dont un exemplaire similaire était présenté à la Biennale d’Oran, montre le départ des enfants d’Algérie sour la forme des fleurs découpées détachées d’un tapis d’Orient. Le sénégalais Yancouba Badji et l’ougandais Ocom Adonias dépeignent l’horreur de la traversée de la Méditerranée.
Les ougandais Sanaa Gateja et Joseph Ntensibe quant à eux, fantasment une nature idéalisée, dans son état originel qui est en passe de disparaître en raison des ravages de l’industrialisation et la pollution. La vie dans la ville est traitée par Fathi Afifi qui met en lumière le quotidien mécanique et triste des habitants du Caire, Houston Maludi qui dépeint le vacarme de Kinshasa, et Ihosvanny, la situation de construction permanente de la ville de Luanda.
La scène contemporaine africaine des artistes établis est représentée par les ivioriens Aboudia, Saint Etienne Yéanzi et Armand Boua et par les œuvres de Barthélémy Toguo, Soly Cissé, Amadou Sanogo et Cristiano Mangovo notamment.

La section photographie embrasse les styles autour du portrait, avec des épreuves de studio de Seydou Keita, la série des intérieurs du sud-africain Zwelethu Mthethwa et un magnifique ensemble du photographe nigérian Rotimi Fani-Kayode qui était engagé dans la cause LGBT.

Où ?

PIASA
118 rue Faubourg Saint-Honoré 75008 Paris V

Quand ?

Vente: jeudi 7 novembre 2019 à 18 heures

Lundi 4 novembre 2019 de 10 à 18 heures
Mardi 5 novembre 2019 de 10 à 18 heures
Mercredi 6 novembre 2019 de 10 à 18 heures
Jeudi 7 novembre 2019 de 10 à 12 heures
Téléphone pendant l’exposition et la vente
+33 1 53 34 10 10

Enchérissez en direct sur www.piasa.fr








Aucun commentaire:

Publier un commentaire