lundi 23 septembre 2019

En attendant les fêtes : découvertes gourmandes




C’est déjà la rentrée et il faut penser aux fêtes de fin d’année.
Alors vues et goûtées pour vous quelques découvertes gourmandes…

Pour la plus magique des fêtes et la plus festive des saisons, au de leur atelier des Vosges de la maison Thiriet les équipes d’Eric Goddyn – Meilleur Ouvrier de France – proposent des créations inédites allant de l’apéritif au dessert.
Pour ce dernier nous avons découvert une étonnante lune glacée fruits exotiques (mangue, fruit de la passion) / fruit rouges. Un très mignon Père Noël se glissant dans la cheminée d’une bûche glacée chocolat au lait / noisette du Piemont. Un subtil entremets glacé meringué pamplemousse rose / mandarine / citron. 

Signalons au passage que nous avons croisé récemment à Saint-Pierre et Miquelon – ce petit bout de France situé juste au sud de Terre-Neuve en Atlantique nord et tout proche du Canada – le responsable achats poissons venu vérifier la qualité des ses approvisionnements (actuellement aile de raie et limande à queue jaune, en attendant peut être le crabe des neiges ou la Saint-Jacques royale…).

Pour le reste et faire votre choix, le site :



L'équipe d'Eric Goddyn, Meilleur Ouvrier de France 
(de g. à d. : Éric GODDYN, Thibaut GALLY, Romain GAULARD, Florian GERARDIN) 


La lune glacée


L'entremets glacé


La bûche glacée chocolat


Saint-Pierre et Miquelon ...


... des poissons de qualités 

Un chocolat d’exception

Que celui qui n’aime pas le chocolat lève le doigt !
S’il devait être une automobile, Diogo Vaz serait alors une Rolls Royce.
Autant dire que vous avez en bouche un produit unique qui vous fera oublier tout ce que vous avez goûté jusqu’alors !
Diogo Vaz c’est une plantation historique de Sao Tomé-et-Principe (1) dans le Golfe de Guinée qui a redécouvert le savoir-faire ancestral aux fin de proposer un cacao d’exception !
La marque Diogo Vaz est née d’une double volonté :
créer un grand chocolat en puisant dans un terroir rare; produire tout localement, de l’arbre à la tablette, en associant les savoir-faire traditionnels aux technologies modernes.
Ainsi a été engagé le pari audacieux de lancer une unité de fabrication de chocolat à Sao Tomé, à l’encontre de quasi-totalité des chocolatiers « bean to bar » - autrement dit de de la fève de cacao à la tablette.
Depuis juin 2018, la chocolaterie à Sao Tomé produit fierté un chocolat sélectif à destination des consommateurs gourmets et des grandes tables.
Outre le cacao, de nombreuses variétés de fruits et fleurs sont cultivées sur la plantation : fruits à pain, jacquier, poivre, vanille, papaye, mangue, banane, noix de coco, ylang-ylang qui font l’objet d’une diversification.
Affaire à suivre !

Retrouvez les produits Diogo Vaz :


(1) Les îles de Sao Tomé et Principe
Lovées dans l’océan atlantique au large du Golfe de Guinée, à l’intersection du méridien de Greenwich et de l’Equateur, les îles du milieu du monde, Sao Tomé et Principe offrent un écosystème rare et luxuriant riche d’une histoire séculaire unique.

Le cacaoyer (theobroma cacao) y est introduit en 1822 en provenance du Brésil où les sols volcaniques fertiles de l’archipel lui permettent d’exprimer toutes ses caractéristiques à l’ombre de la canopée foisonnante. Ainsi, se constituent peu à peu dès 1850 de grandes plantations « les roças » autonomes, organisées comme des villages avec école, hôpital, logements et dispensaire, jouissant chacune d’un style architectural singulier.

En 1910, Sao Tomé et Principe, réputé pour son cacao fin, devient premier producteur mondial avec 35 000 tonnes ce qui est exceptionnel compte-tenu de l’étroitesse de l’archipel (1 001 km2, soit à peine dix fois la superficie de Paris !) .

En 1975 Sao Tomé et Principe, jusqu’alors possession portugaise, prend son indépendance.
Longtemps privés de leur terre, les agriculteurs la récupèrent en petites parcelles, mais sans soutien pour la production et l’entretien avec des débouchés incertains ceux-ci ont bien du mal à la valoriser.
Ainsi au début des années 2000, Sao Tomé et Principe produit à peine 1500 tonnes de cacao par an, laissant peu de perspectives aux petits planteurs et producteurs.

Dans ce contexte, Diogo Vaz reprend en 2014, l’une de ces plantations historiques de l’île de Sao Tomé, la « roça » Diogo Vaz fondée en 1880, sur un site exceptionnel entre le pic de Sao Tomé (2050 m) et le littoral atlantique, afin d’écrire une nouvelle page.


Au coeur du Golfe de Guinée





Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire