samedi 2 mars 2019

Salon International de l’Agriculture : la Côte d’Ivoire distinguée


La Côte d'Ivoire leader mondial de cacao

Le Salon International de l'Agriculture (SIA) qui s’est tenu au Palais des Expositions de la Porte de Versailles à Paris du 23 février au 3 mars 2019 derniers se présente comme la plus grande ferme de France.
Avec 700 000 visiteurs le SIA est le premier salon agricole d’Europe et le second en fréquentation pour la France (derrière le Mondial de l’Automobile et son million de visiteurs).
Un millier d’exposants de 22 pays différents avaient répondu présent marquant ainsi l’accent international de la manifestation.
Sur ce dernier point il faut signaler la présence toujours très appréciée de l’Afrique subsaharienne avec cette année la Côte d’Ivoire, le Mali, le Sénégal

Regrettons – à l’heure de la mondialisation - l’absence du Cameroun et du Nigeria qui avaient fait une apparition pour l’édition 2018.




Durant la conférence ministérielle conjointe des Ministres français – Guillaume Didier – et ivoirien – Mamadou Sangafowa-Coulibaly – de l’Agriculture



Anna Bossman, Ambassadeur extraordinaire et plénipotentiaire du Ghana en France




Catherine Geslin-Laneelle, candidate de la France et de l'Union européenne au poste de Directeur général de la FAO


Mais cette année la Côte d’Ivoire avait décidé de frapper fort avec en point d’orgue le 28 février la très attendue conférence ministérielle conjointe des Ministres français – Guillaume Didier – et ivoirien – Mamadou Sangafowa-Coulibaly – de l’Agriculture avec pour thème :

« La coopération entre la France et la Côte d’Ivoire en matière agricole – Quelles perspectives pour une agriculture durable ? »

A signaler que la France sera pays invité d’honneur au SARA (Salon de l’Agriculture et des Ressources Animales) qui se déroulera à Abidjan des 22 novembre au 1er décembre prochains :
un bel exemple de réciprocité pour deux nations pour lesquelles l’agriculture pèse d’un grand poids dans leurs économies respectives !

L’agriculture représente le secteur clé de l’économie ivoirienne.
Occupant plus de la moitié de la population active et assurant plus de 20% du Produit Intérieur Brut (PIB) , l’agriculture ivoirienne représente 70% des recettes d’exportation.
Aujourd’hui le secteur agricole reste la principale source de croissance et de réduction de la pauvreté.

Le ministre ivoirien de l’Agriculture et du Développement rural, Mamadou Sangafowa-Coulibaly, a dressé un bilan et présenté les perspectives de son département dont les performances résultent d’une politique agricole adaptée et orientée.
Lancé en 2012 le Programme National d’Investissement Agricole (PNIA) avait pour objectifs dans la période courant jusqu’à 2017 :
De renouer avec l’investissement dans le secteur agricole ;
De relancer la croissance agricole à un taux de 9% par an avec notamment :
- un taux de croissance annuelle pour les cultures estimé à 6,8% ;
- un taux de croissance annuelle pour les cultures de rente fixé à 7,6% ;
- un taux de croissance annuelle pour les ressources animales fixé à 3% ;
- un taux de couverture forestière fixé à 20%.

Contribuer à la réduction de la pauvreté ;
Créer 2 400 000 emplois sur la période de 5 ans du PNIA ;
Réduire de l’insécurité alimentaire dans le but de sortir 6 à 7 millions de personnes de l’insécurité alimentaire ;
Transformer au moins 50% des produits agricoles localement.
Le PNIA I a atteint ses objectifs de relance de la croissance économique dans les délais de mise en œuvre prévus.
Le secteur agricole ivoirien est ainsi devenu l’un des plus dynamiques au sud du Sahara.
La Côte d’Ivoire est qualifiée à juste titre de « puissance agricole ».

Le Programme National d’Investissement Agricole de deuxième génération ou PNIA 2 vise une transformation structurelle de l’économie agricole et aspire à une agriculture durable, compétitive et créatrice de richesses soutenues.
La mise en œuvre du PNIA 2 est basée sur une approche intégrale et globale dite « d’Agro-Pôle » avec une intégration horizontale de toutes les activités en amont et en aval sur la chaîne des valeurs agricole avec le développement des activités connexes.
Pour une identification de 9 Agro-Pôles, des financements pour l’amorçage de 5 sont en programmation.
Parmi les autres projets phares figurent la digitalisation ou numérisation de l’agriculture et l’accès au financement bancaire.
Le ministre a également relevé que l’un des défis les plus importants du PNIA 2 était l’enjeu du changement climatique.

Il apparaît nécessaire d’envisager des actions liées à l’adaptation des pratiques agricoles et aussi à celles de la protection des ressources naturelles et la restauration du potentiel détruit par le système extensif.

Par ailleurs, en ce qui concerne la lutte contre la déforestation le Ministre a souligné que le but final de la Cote d'Ivoire était d'atteindre 20% de couvert forestier (ensemble formé par les cimes des arbres d'une forêt, indicateur de l'état de santé de la planète) en 2030, alors que ce taux est tombé à 11% en 2015, à 3,4 millions d'hectares, selon la Fondation mondiale du cacao.

Un succès qui repose sur l’agriculture

L’agriculture ivoirienne pèse d’un poids significatif sur le plan international.
Ainsi, pour 2018, il n’est pas inutile de rappeler que la Côte d’Ivoire est le premier producteur mondial de cacao (2 019 479 tonnes), une place qu’il dispute avec son voisin le Ghana.
La production de café s’est élevée à 123 924 tonnes (3ème rang africain).
La noix de cajou (761 317 tonnes) pointe à la première place mondiale (devant l’Inde).
Coton : 3ème africain (412 646 tonnes).
Hévéa : 1er pays africain et 7ème mondial.
Noix de cola : 1er mondial (260 000 tonnes).
Banane (360 000 tonnes) et ananas (170 000 tonnes) : 1er exportateur africain…

LE SARA : UN ÉVÉNEMENT INCONTOURNABLE
INVITÉ D’HONNEUR : LA FRANCE



Le Ministre Mamadou Sangafowa-Coulibaly et Mme Diénébou Condé Touré, Commissaire général du SARA 

+ de 300 000 visiteurs
+ de 7 000 professionnels enregistrés
+ 18 000m2  de surfaces d’exposition sous chapiteaux
25 pays
Ce sont les chiffres clé du SARA - Salon International de l’Agriculture et des Ressources Animales de Côte d’Ivoire.
En seulement 4 éditions, le SARA s’est positionné comme le salon de référence agricole, animale et forestière de l’Afrique sub-Saharienne.
Seize ans après sa dernière édition, le SARA a été relancé par le gouvernement Ivoirien afin de valoriser, promouvoir et développer toutes les richesses du secteur agricole, de l’élevage et de la pêche de la Côte d’Ivoire.
La 5ème édition du SARA qui se tiendra du 22 novembre au 1er décembre 2019 s’annonce comme un véritable succès tant au niveau de l’organisation que des prévisions.
Pendant 10 jours, exposants et visiteurs venus de toute la Côte d’Ivoire et de plusieurs pays hôtes vivront expériences et échanges enrichissants !




Le Ministre Mamadou Sangafowa-Coulibaly et Mme Diénébou Condé Touré, Commissaire général du SARA 

Le ministre Mamadou Sangafowa-Coulibaly a profité de la conférence du 28 février pour charger son collègue Guillaume Didier de transmettre au Président Emmanuel Macron une invitation à se rendre au prochain SARA !

Prix du collectif de la presse d’Afrique francophone à la Côte d’Ivoire

Le collectif de journalistes d’Afrique francophone présidé par Louis Keumayou, président de la Presse africaine à Paris, a tenu à distinguer le Pavillon de la Côte d’Ivoire comme meilleure participation étrangère au Salon International de l’Agriculture 2019.
Sans vouloir être exhaustif le jury a apprécié la présentation des produits agricoles transformés, (outre les produits plus connus, la pâte à tartiner de noix de cajou, la cola en poudre) ; au chapitre des ressources halieutiques, les poissons tels le tilapia (ou perche du Nil) ou machoiron (variété de silure) ; les énormes escargots achatine.
La maquis – ou restaurant typique de Côte d’Ivoire – a permis de nombreuses dégustations de mets tels viande braisée, attiéké, sauces, alloco…), boissons (koutoukou, bissap, gnamankoudji…).
Le tout sur fond d’airs de Coupé Décalé ou de Zouglou…
Très appréciés également les deux tisserands traditionnels de Korhogo, Babacar et Abdoulaye Coulibaly, à l’œuvre au métier à tisser et présentant de magnifiques réalisations…



Le maquis "Aux Braisés de SIFCA"



Kobenan Adjoumani, Ministre des Ressources Animales et Halieutiques, en visite au maquis - à droite : Sylvie Koffi, journaliste à RFI



Dégustation de koutoukou



Authentique sourire "Akwaba"



Cabosses de cacao




Attiéké, patate douce, igname ...





Pâte à tartiner à la noix de cajou, noix de cola en poudre ...




Kobenan Adjoumani, Ministre des Ressources Animales et Halieutiques, répond à la presse



Tilapia ou perche du Nil



Machoiron, variété de silure





Escargots achatines


Escargot Achatine contre escargot de Bourgogne




Aboubacar Coulibaly répond aux questions d'Augustin Lobet, journaliste 







Abdoulaye Coulibaly, tisserand traditionnel de Korhogo



Aboubacar Coulibaly, tisserand traditionnel de Korhogo






Une présentation impeccable



Danses traditionnelles






Les élégantes


Mireille Mouéllé, PDG de Groupe Conseils


M'mah Camara, présidente de la presse étrangère en Côte d'Ivoire



Guy Gimenez Badieto Lialy


Á Lire :

Côte d’Ivoire 2018-19 du Petit Futé



Si vous prévoyez un séjour en Côte d’Ivoire nous vous recommandons l’excellent et très documenté Guide 2018-19 du Petit Futé
Idispensable pour un voyage réussi est ce « country guide » !
Pays passionnant et accueillant où « Akwaba » - qui signifie « Bienvenue » - n’est pas un vain mot !
Ce pays d'Afrique de l'Ouest est doté de stations balnéaires, de forêts tropicales et d'un étonnant patrimoine colonial français.
Abidjan, sur la côte Atlantique, est le principal centre urbain du pays.
Le centre – ou Plateau – quartier des affaires a reçu le surnom de « petit Manhattan ».
Ses sites modernes regroupent la Pyramide, un édifice en béton faisant penser à une ziggourat (édifice religieux mésopotamien à degrés). La cathédrale Saint-Paul est une structure inclinée rattachée à une immense croix.
Au nord du quartier central des affaires, le parc national du Banco est une réserve de forêt tropicale au sein de laquelle serpentent des chemins de randonnée.
Où jouer au golf en Côte d’Ivoire ?
Avant tout pour Abidjan c’est l’Ivoire Golf Club : deux parcours de golf – typés Floride - , un de 18 trous et un de 9 trous (en outre un practice et un putting green).
Sur plus de 90 hectares, vous découvrirez une flore exceptionnelle (des lacs, un paysage) et ne soyez pas surpris si vous croisez un crocodile, ils sont nombreux dans les pièces d’eau !
D’autres parcours de golf en Côte d’Ivoire : Yamoussoukro, Assinie, Dimbokro et San-Pedro.

Editeur : Nouvelles Editions de l’Université – Petit Futé
Nb. de pages : 550
Format : 12 x 20,5
Couverture : Broché
Site web : www.petitfute.com


Aucun commentaire:

Publier un commentaire